• Juillet / août 2013

    Premier stage des vacances d’été.

    Comme d’habitude un très bon niveau et des motivations bien présentes.

     

    Voici l’habituel diaporama

     

     

    Petite originalité de ce stage : au milieu du déroulement de celui-ci, Michel, stagiaire en finition nous a rejoint.

    Le but de ce mini stage imbriqué était de travailler sur le vernis au tampon.

    Et d’appliquer cette technique ancienne tout particulièrement sur deux guitares.

    L’une que l’on verra sur les photos de groupe avait une allure de Oud, mais en réalité, c’est bien une guitare (6 cordes et frettes).

    Comme nous avions également dans le groupe une musicienne professionnelle, il a été rapide de l’accorder et de l’essayer.

    Bon ce n’est pas le meilleur son qui soit, mais l’instrument est original et méritait bien ce vernis prestigieux.

     

    La traditionnelle photo de groupe :

     

     

    237stage-juil-2013

     

    Merci à tous les participants de l’excellente ambiance de travail et de décontraction !!!


  • Le dernier stage de 2010 : novembre et des finitions à gogo

    2010 se termine, et l’année des stages également. J’ignore encore comment se déroulera 2011, car ma santé me joue à nouveau des tours, et ceux-ci ne sont pas très drôles.

    Donc « Carpe diem » .

    Des finitions fort intéressantes, un public varié, qui a accueilli des anciens, des agents d’une mairie, et un stagiaires qui n’avait pu suivre la totalité d’un stage précédent, le tout avec une journée de décalage pour certains !

    Ce fut un peu décousu pour l’animateur surtout, mais néanmoins enrichissant. Et toujours en vedette : le vernis au tampon.


  • Stage de finition en septembre et octobre 2010

    J’ai eu le plaisir de recevoir pendant plusieurs samedis, 6 personnes d’une même entreprise.

    C’est le CE (comité d’entreprise) de la société Staubli à Faverges qui a organisé le stage.

    Il s’agissait d’un stage de finition, dont la durée s’est étalée dans le temps.

    D’habitude, nous passons 3 journées consécutives à apprendre les différentes finitions proposées.

    Cette formule « étalée » présente des avantages : les stagiaires peuvent échanger entre les cessions, et ils sont moins bousculés par une avalanche de termes, de produits et d’échantillons.

    L’expérience est sans doute à renouveler .

    Ce stage s’est déroulé dans une excellente ambiance, et je crois que tout le monde a participé, et a pris du plaisir à découvrir de nouvelles finitions.

    Voici par exemple ce qu’un groupe a réalisé en recherche de finition peinte à deux tons, et vieillissement.

    stage-oct-2010_3703

    Je trouve que sans se concerter, ils ont réalisé une harmonie de couleurs plutôt sympathique.

    Bien sûr ce compte rendu de stage ne serait pas complet sans les traditionnelles photos de groupe.

    stage-oct-2010_3706

    stage-oct-2010_3696

    Comme toujours, le difficile vernis au tampon clôture la cession. Il y eu bien quelques petits défauts : peau d’orange, queues de vache (si si ce sont les termes ! ), mais pour un premier essai ce fut un coup de maître : félicitation donc aux participants.

    Enfin pour terminer ce tour d’horizon du stage, une petite galerie des photos prises au cours de celui-ci.


  • Parlons finitions : le hors série de BOIS +

     

    couverture-bois-plus.jpg  

    J’ai eu le plaisir de participer à l’élaboration du hors série du magazine Bois +, consacré aux finitions.

    Participer est un euphémisme, car cela m’ a pris plusieurs mois, ayant rédigé les articles et pris la plupart des photographies qui figurent dans le magazine.

    Je dois beaucoup dans cette aventure à l’équipe éditoriale qui a lu, relu, corrigé, mis en forme, ajouté des    illustrations. Le tout s’est déroulé dans une bonne ambiance de travail, et dans le souci permanent de  »sortir » un livre original pour nos Lecteurs sur les finitions, livre qui n’a pas vraiment d’équivalent sur le marché français : la plupart des ouvrages sont des traductions.

     

    Le contenu de ce hors série, correspond en partie à celui des stages de finitions qui se déroulent à l’Atelier des quatre Chemins. C’est donc bien un ouvrage ancré dans la réalité : les produits utilisés se trouvent facilement en grande surface de bricolage, ou dans certains magasins spécialisés (dont nous donnons les coordonnées précises). Ce qui n’est évidemment pas le cas des ouvrages traduits qui font parfois référence à des marques américaines, ou étrangères à la communauté européenne.

     

    Au delà des généralités sur la préparation des bois, le ponçage, la mise en teinte, plusieurs articles explorent en détail des finitions professionnelles :

     

    - Le vernis au tampon,

    - Les laques (version simplifiée des laques orientales),

    - Le vieillissement du bois,

    - Les peintures à effet.

     

    Voici par exemple une galerie qui montre les principaux gestes du vernissage au tampon.

     

     

    Je ne peux donc qu’encourager les internautes qui liront cet article à passe en kiosque et à feuilleter ce hors série. Puis bien sûr à l’acquérir, car je pense réellement qu’ils y trouveront une foule d’informations et de tours de main pour un prix très raisonnable.

     

    J’aurai l’occasion de revenir sur certains articles dans d’autres billets.


  • Vernis au tampon : stage de fintion sur bois

    Le vernis au tampon est un vernis à la gomme laque (qui est le liant) et à l’alcool (le solvant). Sa dénomination provient du tampon qui est utilisé pour son travail et son application tout simplement.

    Il existe différents types de gomme laque que l’on peut trouver, selon le traitement, et l’origine (blonde, décirée, blanche, éléphant…).

    Les vernis au tampon utiliseront l’une ou l’autre en fonction de la coloration apportée. La gomme laque la plus fréquemment utilisée (décirée ou non), est la « fine orange ». Elle apporte un réchauffement très net au bois. Lorsque je désire apporter le minimum de changement de couleur, j’utilise une gomme laque blanchie.

    La gomme laque apparaît en occident dès le XVII ème siècle, sous forme d’objets fini, bien que certains auteurs pensent qu’elle était déjà connue bien avant.

    Mais c’est surtout au XIX ème siècle que son utilisation au tampon connaît son apogée. Jusqu’au milieu du XX ème siècle, les ateliers du faubourg Saint Antoine à Paris perpétueront la tradition de ce vernis. Le coût extrêmement élevé d’un vernis au tampon fait que celui-ci, sauf exception pour des créations spécifiques ne soit plus utilisé qu’en restauration de mobilier.

    Les meubles anciens (du XXVIII ème notamment), nous sont souvent parvenus vernis au tampon. Il est vraisemblable qu’il ne s’agit pas de la finition d’origine, qui n’avait pas cours à cette époque. On utilisait alors des cires ou encore des vernis « Martin » – du nom des frères Martin qui ont mis ce vernis au point au début du XVIII ème, afin d’imiter les laques de Chine.Ces vernis Martin sont à base de résine de copal (résine fossile), mais la formule exacte s’est perdue.

    Tous les stagiaires en finition réalisent un vernis au tampon, et je dois dire qu’ils s’en sortent très bien

    Nous étudions le vernis traditionnel : bouche porage à la ponce, gomme laque, et éclaicissage à l’alcool, mais aussi le « tampon anglais », qui est plus facile de mise en œuvre (le vernis comporte déjà un « lubrifiant » qui facilite l’application). Certains puristes ne veulent pas en entendre parler, alors que certains artisans en raffolent. Mais ce qui compte est de « dominer » les deux techniques.

     

                                                                                    12


  • L’actualité des stages bois : les finitions

    A l’Atelier des Quatre Chemins, on peut effectuer 3 journées consacrées aux finitions sur bois.

    Ces stages mettent l’accent sur la recherche des teintes : les teintes toutes prêtes dans le commerce ne sont pas toujours satisfaisantes, et bien souvent bien trop vives.

    Mouillage avant ponçageColorant dans baseMise en teinte échantillonEchantillons sur diverses essences

    Cette approche  permet aussi de contre-typer une teinte, afin par exemple d’harmoniser un élément de mobilier dans son contexte.

    Contre typage couleur

    On travaillera également des teintes dites « positives » sur les résineux, en vue de les vieillir.

    Teintes positives

    Sont aussi étudiées différentes techniques de vieillissement : trous de vers, coups, usures etc…

    Vieillissement trous de vers 2Vieillisement coupsPassage bitume JudéeVieillisement trous de vers 1

    Les finitions cérusées : préparation, et ouverture des pores. Ces finitions sont bien adaptées aux essences telles que le chêne, le chataigner, le frêne.

    Brossage avant céruse 2Brossage avant céruse

    Finitions peintes à deux tons avec patine à l’ancienne.

    Préparation deux tonsFinition deux tonsFinitions deux tons 2

    Et bien sûr le « légendaire » vernis au tampon, point d’orgue de ces formations après avoir passé en revue les différentes protections possibles, depuis la simple cire, jusqu’au vernis modernes (polyuréthanes, glycérophtaliques) en passant par la gomme laque pour un ciré méché.

     L’opération de bouche porage à la ponce demande de l’énergie.

    Vernis au tampon bouche porage

    Le vernissage proprement dit, puis l’éclaircissage à l’alcool.

    Vernissage au tampon

    Le vernis au tampon, reste l’une des plus belles finitions de l’ébénisterie, même si la tendance actuelle est d’avantage aux finitons huilées (également au programme), ou mates, plus « naturelles ». Le tampon sera réservé aux meubles de style, aux coffrets précieux. Il est en tout cas incontournable en restauration.

     Un premier vernis presque parfait réalisé par les stagiaires, satisfaits à juste titre d’avoir réussi leur premier vernis au tampon.

    Vernis au tampon fini