• Le travail (travailler plus etc…)

     

    Si je ne remets pas en cause, le travail nécessaire à l’homme pour améliorer son mode de vie, son existence, je me pose la question sur la sacralisation du travail.

    hamac_101907_2249-800x600.jpg

    Aux origines, le travail était destiné à assurer la survie de l’individu et de sa famille : que ce soit au travers de l’agriculture, ou de la fourniture de biens échangés.
    Au fil du temps, et, surtout depuis la révolution industrielle du XIX iéme, et bien plus encore de nos jours, ce travail est devenu une sorte de valeur « morale », voire « religieuse » – Les mouvements protestants s’en sont rapidement emparés. Lire l’ouvrage de Max Weber :  » L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme  » (1905 !!). Il est assez peu question de savoir ce que l’on fait, à quel bien-être on contribue, mais d’avantage de préciser que l’on travaille, que l’on est intégré dans la société…du travail.
    Mais le plus souvent, ce travail ne fait que générer des biens peu ou pas durables, qui iront s’empiler dans nos décharges; nourrissant une sur-consommation exacerbée par la publicité, le travail enrichit les majors de nos industries, et les braves retraités californiens.
    Je ne prétends pas avoir de solution, si ce n’est qu’à terme une décroissance s’imposera faute de quoi reprenant le titre du livre d’Yves Paccalet : « l’humanité disparaîtra, bon débarras ».

    Pour terminer ce billet, je me contenterai de citer un extrait de l’anti manuel d’économie de Bernard Maris Tome 2 « Les cigales » : «  Certes ils produisent [les travailleurs]. Mais quoi ? Des nuisances essentiellement. L’activité économique est devenue une immense accumulation de nuisances, et le monde un vaste dépotoir ».

    A méditer !!!!